DERNIERS ESSAIS (2009)



Chers élèves voici une nouvelle série d'essais pour le bac 2009.
BONNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNE CHANNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNCE!!!...

N.B: VOS COMMENTAIRES E REMARQUES SONT TOUJOURS LES BIENVENUS. D'AILLEURS, JE NE PRETENDS POINT AVOIR FAIT UN EXCELLENT TRAVAIL SURTOUT QUE JE SUI PRIS PAR LE TEMPS. ___________________________________________________________________

Thème : GUERRE & PAIX

Essai  1: « Les discordes  virulentes entre les hommes ont, de tout temps, dégénéré en conflits sanglants et des guerres désastreuses », affirment certaines voix pessimistes. Partagez-vous ce point de vue ?

Rédigez un texte argumentatif illustré d'exemples précis tirés de  vos lectures et de la réalité quotidienne

 

       Nombreux sont ceux qui adoptent une vision très pessimiste sur l'avenir de l'humanité à cause « des  discordes virulentes entre les hommes (qui) ont, de tout temps, dégénéré en conflits sanglants et des guerres désastreuses ». Hélas ! Tout ce qui s'est passé et ce qui se passe encore, un peu partout dans les quatre coins du monde,  à cause de ces « cassures » irréparables dans les relations humaines ne peut que donner raison à ces gens noyés  dans  un profond  océan de désespoir amer.  

        En effet, il semble que, depuis la nuit des temps, la contagion des « discordes virulentes » entre les  humains a été si grande et si rapide  que la première étincelle a fait un grand embrasement en gagnant, à une vitesse de croisière, toutes les maison, tous les pays et tous les continents mettant ainsi l'univers tout entier en grand danger. D'ailleurs, il y a eu toujours de nouvelles guerres atroces qui ont ravagé les villes et décimé les innocents : Guerre de cent ans, Guerre de Trois Jours, guerre de Ceylan. Première Guerre Mondiale ; puis une deuxième, plus cruelle. Guerre  «  éclair », Tempête du désert. Des conflits sanglants  ont déstabilisé les nations : Guerre civile en Algérie, en Irak et au Soudan,...Par conséquent, des milliers de personnes ont été massacrées à Hiroshima, en Palestine et au Rwanda...Mais qui saura, ma foi, arrêter le chiffre exact des dégâts matériels et humains ? Des milliers d'handicapés et de blessés au Vietnam, au Liban et au Zimbabwe... Des milliards de dollars, d'euros ou de dinars, chacun sa devise- ont été dilapidés pour envenimer les désaccords et semer la mort! Puis, -quelle folie- le double ou le triple est gaspillé pour reconstruire et restaurer!

      Pire encore, en échouant continuellement à désarmer les rancunes féroces des mortels,  le spectre d'une troisième guerre planétaire n'arrête point d'hanter les esprits! Pourtant, quelle absurdité ! Le  monde entier continue à chanter la même litanie : «  vengeance, vengeance, vengeance », sans répit !

      Pourquoi donc tant de cruautés et de barbaries ? Pourquoi autant d'animosités et de boucheries ? L'homme est-il devenu à ce point affamé de guerre et de sang ? L'homme doit-il demeurer ainsi l'éternel ennemi de son semblable ? 

     Quand commencera-t-on à apprendre à nos enfants «  le vol des insectes, les couleurs du ciel et les douceurs de l'eau » ? Qui leur composera une chanson d'amour et de paix ? Car, de nos jours plus que jamais, la responsabilité de la guerre «  a cessé d'être l'affaire exclusive des mâles et des mâles adultes », comme l'a bien expliqué Maurice DURON dans son œuvre Lettres d'un Européen. Dorénavant, elle ne fera plus de distinction entre les sexes et les âges. En fait, elle concerne aussi bien les hommes que les femmes, aussi bien les pères que les mères qui ne doivent plus tarder à apprendre à leurs progénitures les valeurs de l'altruisme, de la tolérance et du respect mutuel, seuls garants de vivre dans la Paix et la Dignité. Voici l'unique voix  de la délivrance.

 Hâtons-nous donc de nous engager dans cette voix si l'on veut vraiment freiner cette exécrable métamorphose de l'homme en redoutable « loup pour l'homme » et éviter de sombrer dans une «  nuit     apocalyptique  que n'abolirait aucun jour »?

 _____________________________________________________________________________________


THEME : L'HOMME & LA SCIENCE

Essai 
: Certains disent qu'"il faut se méfier du progrès scientifique et technique et y renoncer". Qu'en pensez-vous?

Rédaction:

     Autrefois, la grande masse du peuple était tenue dans l'ignorance. De nos jours, l'instruction est largement répandue. Autrefois, le taux de mortalité était très élevé. Aujourd'hui, grâce au progrès scientifique, l'espérance de vie a considérablement augmenté. Cependant, certaines personnes n'hésitent pas à manifester leur scepticisme vis-à-vis de ce progrès scientifique dont «il faut toujours se méfier » et auquel on doit même « renoncer »  puisque ce dernier « n'a pas empêché les guerres, les violences, les injustices ».Bien au contraire,  ils trouvent qu'«  il les a même rendues plus aigues », précisent-ils.

Or, ces gens ont-ils tout à fait tort d'afficher leur crainte face à  l'avancée redoutable de la science et de la technologie ou d'y renoncer catégoriquement ?

     Tout d'abord, ces gens ne cessent d'affirmer que les avantages acquis grâce  au progrès scientifique et technologique paraissent contrebalancées par les inconvénients puisque la physique, à titre d'exemple, qui nous a, appris beaucoup sur la structure de la matière, a ouvert l'appétit à  certains chercheurs-criminels et inhumains pour créer des armes de destruction massive. Leur appréhension paraît tout à fait légitime puisqu'elle a été toujours justifiée au cours de l'histoire mais surtout après le lancement de la première bombe atomique sur Hiroshima. C'est la raison pour laquelle un grand écrivain comme Albert CAMAUS n'a pas hésité à annoncer au lendemain de cet évènement tragique que « La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie ». Or, ceci n'a point empêché différents pays à se lancer dans une course folle et effrénée à l'armement en vue de s'approprier les armes les plus sophistiquées : armes biologiques, bactériologiques,...

     En outre, ces  derniers ajoutent que, de nos jours, le monde se plaint du fossé numérique qui s'est creusé entre les pays riches et les pays pauvres  en matière des apports des nouvelles technologies et de communication. D'autant plus que cette fracture  a créé des inégalités sur plus d'un plan même à l'intérieur même d'un seul pays, à savoir l'inégalité des sexes puisque la femme ne bénéficie pas encore de ces apports sur le même pas d'égalité que l'homme.

      Pire encore, on assiste aujourd'hui à des détournements affreux et abominables de ce progrès, dans le domaine des neurosciences  qui  conquièrent notre société avec une rapidité déconcertante ! C'est le phénomène de l'imagerie cérébrale qui donne l'illusion que l'on a un accès direct à la pensée, à la boîte noire qu'est le cerveau, ce qui permettrait de lire les pensées des gens ! Ainsi, après avoir passé au crible tout l'ADN humain pour trouver le gène de la criminalité, de la timidité, de l'intelligence, du cancer ou de la tabagie, nombre de scientifiques tentent désormais de déceler dans le cerveau l'aire de l'agressivité ou des valeurs morales, ce qui permettrait d'identifier les individus potentiellement dangereux pour la société. Or, ce ne sont  que les publicitaires, les économistes, les industriels qui vont en profiter parce qu'ils voient dans les neurosciences une façon d'atteindre la part d'irrationnel impliquée dans nos choix, qu'il s'agisse d'une décision d'achat ou d'un bulletin de vote !Voilà pourquoi notre cerveau les intéresse, réellement ! Mais que les images cérébrales reflètent ou non la vérité importe peu, du moment qu'elles fournissent des informations exploitables ! Mais aussi les services secrets peuvent en user pour espionner les gens et poursuivre des terroristes présumés !!...Sans parler encore des phénomènes des OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) ou du clonage  qui constitue, à lui seul, un bouleversement radical redoutable de l'ordre naturel !

     Ce sont ces abominations qui  ont poussé différents artistes et écrivains à renoncer à ce progrès  excessif jusqu'à exprimer leur simple  mais fervent désir de retourner au passé glorieux et sain au sein de la nature sauvage et vierge loin des tapages de la maudite modernité. L'écrivain français contemporain J.M.G LE CLEZIO, qui a décroché dernièrement le Prix Nobel pour la littérature, n'a pas cessé, de sa part, de dénoncer cette vie exécrable dans les villes de fer en invitant l'homme à faire un « Retour sur ses pas » qui  le délivrerait de l'asservissement et de l'aliénation de la vie moderne.

     Et pourtant, la science ainsi que les connaissances acquis grâce à la recherche sont normalement neutres, bien qu'elles soient toujours étroitement liées à des motivations politiques ou matérialistes. « Il serait-donc- juste de critiquer non pas l'avancement de nos connaissances, mais l'utilisation qu'on en fait », comme l'a annoncé Jean CAZENEUVE dans La raison d'être. Autrement dit, «Il ne faut pas jeter le bébé avec l'au de bain». En réalité, pour que notre civilisation renaisse sous une forme nouvelle, il faut étendre nos connaissances et continuer à avancer. Mais, s'il est difficile d'accepter le progrès technologique incontrôlé et d'en nier les conséquences désastreuses, il serait absurde de renoncer à l'industrialisation et déraisonnable de se nourrir d'illusions. Or, rêver de  retourner au passé ne doit pas nous pousser jusqu'à rêver de replonger dans l'« l'âge des cavernes » car ceci serait une aberration intolérable. Puis, «  négliger la science, c'est nous fermer aux grands espoirs, c'est nous condamner à vivre la même monotone existence », selon le physiologiste français Charles RICHET.

     En résumé,  on peut dire que le progrès des connaissances ne suffit pas car « il faut que le développement intellectuel s'emploie au bien et non au mal », comme l'a confirmé Charles RICHET. Donc, les conséquences  de ces progrès comme leurs applications sont bonnes ou mauvaises selon la volonté de ceux qui les convertissent en moyens d'action. Ainsi, au lieu d'adopter cette vision anti-progrès, trouvons les moyens efficaces qui permettraient de contrôler davantage les recherches et de promulguer les lois interdisant toutes les formes de manipulations ou de détournements de ces progrès. Conjuguons plutôt nos efforts en vue d'endiguer la voie aux manipulateurs et aux profiteurs malhonnêtes !

     Pour cela, il est bon de garder toujours une lueur d'espoir en l'avenir car il semble que nous disposons encore d'un grand nombre de solutions qui sont en mesure de contrecarrer les méfaits des excès signalés. En effet,  avec certains investissements, par exemple, les usines peuvent cesser de polluer l'air et l'eau, les villes nouvelles peuvent être plaisantes, la télévision est capable d'offrir de bonnes émissions et on peut construire sans gâcher les plus beaux paysages, pour ne citer que quelques exemples qui nous touchent de plus près.


_____________________________________________________________________


THEME: LIBERTE

SOUS-THEME: L'égalité des sexes


Essai  :   Certains disent que « La femme ferait mieux de rester au foyer car au dehors elle n'est capable de rien faire qui mérite d'être évoqué ou signalé » Qu'en pensez-vous ?

 

      La question du rôle jouée par la femme dans la société a toujours fait l'objet d'une véritable polémique. Pour les uns, elle a démontré qu'elle est capable d'égaler l'homme et de briller dans plusieurs domaines. Pour d'autres, cette dernière « ferait mieux de rester au foyer car au dehors elle n'est pas capable de rien faire qui mérite d'être évoqué ou signalé ».

     Alors, peut-on dire que la femme est incapable de s'affirmer dans la société et d'apporter une contribution digne de respect ?

     Dans plusieurs sociétés, l'homme persiste à considérer la femme comme son inférieure en intelligence et en compétences. Pour lui, elle n'est qu'un corps- plutôt un beau corps ! Ou encore une maîtresse de maison juste bonne à élever ses enfants. L'homme est l'axe autour duquel elle tourne et qu'elle ne peut donc jamais surpasser dans aucun domaine. Son seul pouvoir résultera de sa relation privilégiée avec ses enfants quand elle devient une mère puisque « le paradis est sous les pieds des mères », ce qui est vrai d'ailleurs, mais en dehors du foyer, « la femme : c'est l'enfer » ! Par conséquent, elle ne pourra jamais jouer aucun rôle important.

     Cependant, depuis longtemps, ce « sexe doux » a fait preuve de courage, d'intelligence et d'ingéniosité dans différents domaines. D'abord, dans le domaine politique on trouve que la femme a milité héroïquement contre l'occupant. Kifah AFIFI, par exemple, est une combattante palestinienne qui a porté les armes et connu les prisons israéliennes. En plus, dans le monde de l'art, le film documentaire quand la femme chante de Mustapha HASNAOUI présente nombre de témoignages et d'archives sur certaines pionnières de la chanson égyptienne, notamment Munira AL-MAHDIYYA et Oum KALTHOUM. De sa part, la tunisienne Moufida TLATLI a brillé avec son film Les silences du palais. George SAND, Simone DE BEAUVOIR et Fadwa TOUQAN sont des noms très connus dans le monde littéraire. Dans le domaine physique, Marie CURIE a reçu le prix Nobel en 1903. Ces derniers jours, on a commémoré la mort du journaliste, article et cinéaste égyptienne Rose EL YOUSEF d'origine libanaise, surnommée Sarah BERNHARD de l'Orient tellement elle est devenue très célèbre. Enfin, dans le monde des affaires, maintenant, on peut retenir les noms de certaines « businesswomen » comme Paris HILTON ou Victoria BECKHAM, la femme du joueur mondial David BECKHAM.

     En somme, les sexistes qui continuent encore à maltraiter la femme et à la sous-estimer ont tout à fait tort car la fille d'Eve et d'Adam a prouvé qu'elle peut se frayer le chemin des grands. Même en travaillant en dehors du foyer, elle ne cherche jamais à négliger ses tâches domestiques, en tant que mère. Bien au contraire, elle continue à éduquer ses enfants tout en contribuant efficacement à la prospérité économique de son pays et à son développement culturel et scientifique./.


_______________________________________________________________________

THEME: LIBERTE
Sous-thème: liberté et engangement

Essai :
Certains disent que « Les jeunes ne pensent qu'à jouir d'une liberté débridée et de vivre à l'écart des soucis de leur époque» Qu'en pensez- vous ?

REDACTION:

     « Les jeunes s'engagent-ils dans les soucis de leurs époques ou vivent-ils à l'écart ? » telle est la question  polémique qui a fait couler beaucoup d'encre sans jamais réussir à donner une réponse tranchante. En effet, certains disent qu'en jouissant de leur liberté, les jeunes ont pu jouer un rôle important et indispensable dans leurs sociétés. D'autres, ne voient dans ces jeunes que des gens très passifs et très égoïstes qui « ne pensent qu'à jouir d'une liberté débridée et de vivre à l'écart des soucis de leur époque» de telle sorte qu'ils ne font rien pour changer les choses.

     Est-il vrai donc que les jeunes n'ont jamais joué aucun rôle dans leurs sociétés ? Jouissent-ils uniquement d'une liberté totale qui les pousse à vivre toujours enfermés sur eux-mêmes ?

     Pour les uns, on ne peut jamais affirmer que « les jeunes et l'engagement dans les soucis de la société font deux ». Tout d'abord, ces gens disent qu'il est impossible de trouver une seule attitude chez ces jeunes qui ne sont même pas unis entre eux à cause de leurs différents goût ou de leurs différentes attentes. De plus, cette jeunesse est tellement indifférente et égoïste qu'elle  n'accorde aucune importance aux soucis majeurs de sa société ou de son pays. L'exemple de son absence des élections législatives en 2002 dans un pays comme la France, dit long sur son désintéressement et sa négligence malgré la délicatesse de la situation à cette époque-là. Ceci a démontré à quel point cette population juvénile ne pensait qu'à elle-même. C'est une jeunesse qui ne cherche qu'à jouir de l'instant et d'une liberté absolue du «  pantalon à l'envers » au « panta court ».  Elle ne cherche qu'à enfreindre les lois et corrompre les mœurs sociales. Elle n'est désireuse que d'avoir sa place dans la société sans faire le moindre effort. Seule la culture de la « Nouvelle star », ou de la « Star Académie » nourrit l'esprit de chaque jeune assoiffé d'avoir sa minute de célébrité, en faisant tout pour ressembler à un des peoples dépravés, ces nouvelles « icones jetables ».

     Par contre, beaucoup de gens pensent que les jeunes s'impliquent réellement dans les préoccupations de leurs temps et militent avec beaucoup de bravoure pour le recouvrement des libertés d'expression, artistique et autres de tous les individus sans distinction d'âge ou de sexe. D'ailleurs, ils peuvent intervenir dans les domaines culturels, socio-éducatifs, humanitaires, etc. De même, dans le domaine politique, les jeunes ont eu leur mot à dire dans la prise des grandes décisions. Dans ce cas précis, l'absence des jeunes au début des élections présidentielles françaises en 2002, n'était pas due à l'indifférence mais plutôt au manque d'expérience de ces derniers. Mais, quand on a constaté que J. Marie LE PEN, le symbole de la dictature de l'intolérance, allait devenir président, ces jeunes n'ont pas hésité à briser le mur du silence pour sauver la démocratie.

     Ces gens ajoutent encore que les jeunes se mobilisent toujours pour sauvegarder l'humanité des menaces qui pèsent sur elle : réchauffement de la planète, guerres, racisme, etc. Pourtant, ils n'attendent aucune récompense de leurs actions altruistes dans un monde dévoré par le matérialisme. Citons l'exemple de ces milliers de jeunes volontaires qui adhèrent à des associations bénévoles en Tunisie ou ailleurs pour sauver des vies humaines. Les uns se rendent héroïquement dans des lieux ravagés par des catastrophes naturelles comme Sumatra ou la Chine ou par les guerres comme l'Irak, le Liban, la Palestine, etc. Les autres vivent en Afrique pour assister les victimes du Sida ou du Malaria. Mais il y a aussi ceux qui s'engagent autrement, via Internet, par exemple, en dénonçant cette nouvelle vague de racisme en Afrique du Sud ou le phénomène du réchauffement climatique aux impacts désastreux. C'est  donc pour la liberté de tout le monde et pour la dignité humaine d'une façon générale que ces derniers luttent héroïquement !

     En conclusion, il s'avère que les jeunes d'aujourd'hui ont beaucoup à dire encore et beaucoup à faire. Seulement, il incombe aux adultes de placer leur confiance en cette jeunesse prometteuse, en élargissant la concertation et le dialogue avec elle et en nourrissant en elle l'esprit d'initiative et de créativité. Il faut surtout l'encadrer sans adopter aucune attitude paternaliste qui les priverait d'agir à sa guise et la condamnerait à se cantonner en soi-même dans un mutisme dangereux.

 

 __________________________________________________________________________________

 

 

THEME: LIBERTE

Sous-thème: OUVERTURE SUR AUTRUI ET FIDELITE A SOI-MEME

Essai
: «L'ouverture sur autrui risque aujourd'hui, de tuer en nous l'attachement au passée et la fidélité à soi-même », affirment plusieurs personnes. Partagez- vous ce point de vue ?



REDACTION: 

      Ancrer les valeurs nobles de la tolérance et de l'ouverture sur autrui  dans le cadre du respect de la liberté de confession et d'expression, est devenu aujourd'hui d'une nécessité indiscutable. Cependant, plusieurs personnes pessimistes affirment que  « l'ouverture sur autrui, risque, aujourd'hui, de tuer en nous l'attachement au passé et la fidélité à soi-même ».

     Doit-on donc avoir peur de s'ouvrir sur les autres dans une époque où le phénomène de la mondialisation envahit la planète toute entière ?

     Il est certain que de nos jours personne ne peut nier que les hommes se sont ouverts les uns sur les autres suite aux transformations radicales qu'a connues le monde entier. Les progrès technologiques, et la démocratisation des moyens de communication aidant, ont permis de réaliser cet objectif. Posté devant  son petit écran ou ordinateur, l'homme peut facilement enrichir ses connaissances et se cultiver sans même prendre la peine de voyager ou  de s'inscrire dans des écoles spécialisées pour apprendre la langue  de tel ou tel pays. Seulement, ce flot d'informations et de cultures qui envahissent les maisons risquent de déraciner les individus et de les faire parfois oublier leur propre héritage culturel puisqu'on est influencé par la culture du plus fort. La nouvelle donne imposée surtout par la mondialisation fait en sorte que les gens trouvent dans cette culture européenne et étrangère, le seul modèle à suivre. Par conséquent, certains jeunes vont, par exemple, Jusqu'à se noyer dans la mer pour avoir toujours imaginé l'étranger comme étant un « Paradis terrestre » où ils retrouveraient la liberté et l'argent ! Tandis que Roger GARAUDY , de sa part,affirme que l'Occident lui-même « a beaucoup à apprendre de la sagesse orientale » ?Donc si  on comprend parfois  l'envie de ces jeunes d'améliorer leurs conditions de vie en partant à cet « Eldorado » et leur volonté d'ouvrir leurs esprits, rien ne justifie la perte de l'identité ou le déracinement au point de devenir parfois de pires ennemis de leurs propres patries. Doit-on pour ainsi dirre oublier sa culture, sa langue et ses racines ? Doit-on au nom du recouvrement de sa liberté et du rétablissement de la démocratie, comploter avec le diable pour  déstabiliser son pays  et le noyer dans un bain de sang ?

     Ainsi, il faut bien saisir le vrai sens de l'ouverture. Elle est avant tout synonyme de respect réciproque et d'enrichissement mutuel dans la dignité et la fidélité raisonnable à son identité. Fidélité raisonnable oui, car il ne faut pas oublier de noter qu'on ne doit garder de notre héritage que ce qui est bénéfique et édifiant. Il faut vraiment savoir tirer profit de ces nouveaux moyens de communication et de ces nouvelles technologies pour imposer le respect de sa culture et ses habitudes et non pas pour s'effacer ou se plier devant les autres. Oui pour la diversité culturelle donc et non à la standardisation. Il faut apprendre à être fier de soi-même sans adopter non plus aucune attitude xénophobe envers autrui. Car bien de personnes extrémistes ont commis des actes de terrorisme au nom du refus catégorique de toute autre culture ou civilisation. Il faut pour ainsi dire être modéré dans tout : ni ouverture aveugle et mensongère; ni fermeture sur soi, vengeresse et rancunière. Pour cela, ceux qui ont une vision très pessimiste n'ont pas tout à fait raison, car tout dépend finalement de l'intelligence de nos choix. Prenons l'exemple de la Lettonie qui est placé « en sandwich » entre d'autres pays plus puissants comme la Russie et l'Estonie. Si ce pays minuscule existe encore, c'est parce qu'il parle letton, sa langue maternelle qu'il a su imposer partout tout en restant ouvert sur le monde. C'est la langue d'ailleurs qui assure et nourrit notre identité depuis des temps immémoriaux.

     Finalement, il est bon de rappeler qu'en Andalousie, Averroès (Ibn ROCHD), le musulman côtoyait Maïmonide,   le juif et bien d'autres savants chrétiens en collaborant ensemble afin que les lumières des sciences touchent l'humanité toute entière. Pourtant, aucun d'eux n'a cherché à exclure l'autre ou à le pousser à changer ses croyances.

     Pourquoi ne pas suivre l'exemple de nos ancêtres qui ont toujours su concilier entre identité et ouverture enrichissante et fructueuse sur les autres ?

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :